Mois : septembre 2016

« Saison des ruines » • chronique sur La Cause Littéraire

Le site La cause Littéraire publie la chronique de Valérie Debieux sur Saison des ruines.

Broyés par l’existence, les protagonistes se battent pour mouiller l’ancre dans un port meilleur, plus sûr, plus accueillant, mais ils n’y parviennent pas, des vents contraires faisant dériver leur embarcation existentielle vers des lieux sinistres.

http://www.lacauselitteraire.fr/saison-des-ruines-bertrand-schmid

« Saison des ruines » • chronique de Marie Céhère

Marie Céhère signe une chronique de Saison des ruines sur son blog.

Car, en définitive, à qui s’adressent ces deux portraits ? Aux lecteurs qui croiraient en ces simulacres de lutte des classes, au méchant dominant venu enfoncer la tête du gentil dominé dans la cuvette des toilettes ?

https://mariecehere.com/2016/09/02/rentree-litteraire-saison-des-ruines-et-des-dommage/

« Saison des ruines » • article dans Le Courrier

Anne Pitteloud signe une chronique de Saison des ruines pour le quotidien Le Courrier.

Si Saison des ruines n’évite pas toujours le cliché, avec ses protagonistes trop archétypiques, on apprécie le regard généreux de l’auteur sur certaines réalités sociales.

Le Courrier, Anne Pitteloud

http://www.lecourrier.ch/142041/le_reel_en_pleine_figure

« Saison des ruines » • chronique d’Alain Bagnoud

L’auteur Alain Bagnoud signe sur son blog une belle chronique de Saison des ruines.

On peut soupçonner Bertrand Schmid d’éprouver une sorte de jouissance à voir ses personnages sombrer. Il met son talent et son écriture souple à animer ce festival d’échecs avec un rien de shadenfreude. Je l’ai suivi cependant avec plaisir dans ses évocations de personnages riches, bien campés, reliés à leur environnement, et en proie aux tourments d’un destin sur lequel ils n’ont aucune prise.

http://bagnoud.blogg.org/bertrand-schmid-saison-des-ruine-a126838874

« Saison des ruines » • interview pour Assu’Mag

Le site Assu’Mag a interviewé Bertrand Schmid à l’occasion de la parution de son roman Saison des ruines.

Chaque claque correspond à un moment précis de ma vie, alors c’est difficile, parce qu’il y a un ancrage. En vrac: L’Ombilic des limbes d’Artaud, La religieuse de Diderot, Le Parti pris des choses, de Ponge, Aline, de Ramuz, mais aussi Poe, Rimbaud, P. K. Dick, Beckett, Borges, Michaux, Ionesco, Tsvetaïeva… Il y en a trop.

http://assumag.ch/articles/lire/bertrand-schmid-un-auteur-heureux-et-pessimiste-523

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén