Presse (Page 2 sur 3)

« Saison des ruines » • recension dans L’Hebdo

Isabelle Falconnier recense Saison des ruines dans son article Premiers romans romands: nos dix chouchous, dans L’Hebdo du 25 août 2016.

Dernier coup de cœur et mention spéciale pour Bertrand Schmid et sa Saison des ruines. Construction originale, écriture prenante, univers à la fois onirique et extrêmement humain: une réussite.

« Saison des ruines » • chronique de Valérie Debieux

Valérie Debieux signe une belle chronique de Saison des ruines sur son blog La Galerie littéraire. Cliquez ici pour la lire dans son intégralité.

Bertrand Schmid dépeint une fresque à la Turner où le sombre a remplacé la lumière. Le lecteur est d’emblée happé par la force narrative du récit qui le fait passer par des sentiers escarpés de montagne aux rues sales et couvertes de suie des bas-fonds de Londres. Une belle réussite pour ce premier roman noir.

« Saison des ruines » • chronique de bouquiner.ch

Stella Noverraz, du blog Bouquiner.ch, chronique le roman Saison des ruines. Vous pouvez lire la chronique complète ici.

Le titre « Saison des ruines » ne laisse place à aucun espoir, et c’est le cas page après page. Bertrand Schmid nous dépeint avec une plume profonde, un monde impitoyable où l’espérance naît dans le rêve d’un meilleur et meurt dans la réalité d’un destin déjà tracé.

« Saison des ruines » • chronique de Francis Richard

Francis Richard chronique sur son blog la premier roman de Bertrand Schmid, Saison des ruines. Vous pourrez lire la chronique complète ici.

Bertrand Schmid, à la faveur de ces deux histoires, peint, avec beaucoup de réalisme et d’acuité, les tableaux bien sombres, voire sordides, de deux mondes, où les événements s’acharnent contre les jeunes protagonistes et ruinent leurs espérances.

« Saison des ruines » • sélection dans L’Hebdo

Dans L’Hebdo du 18 août 2016, Isabelle Fauconnier mentionne Saison des ruines, le premier roman de Bertrand Schmid, dans son article Rentrée littéraire 2016: les noms.

Trois primoromanciers suisses sont particulièrement à suivre: […] Bertrand Schmid, avec Saison des ruines à L’Âge d’Homme […]

« La Batrachomyomachie » • article dans Le Temps

Article de Camille Luscher paru le samedi 4 juin dans le supplément culturel du quotidien suisse Le Temps.

Bertrand Schmid puise allégrement dans les réservoirs du langage populaire helvétique, français et québécois, les mêle à des tournures précieuses et joint à Homère et à toute la mythologie grecque des références à La Fontaine et Tolkien.

http://www.letemps.ch/culture/2016/06/04/iliade-rejouee-une-grenouille-un-rat

Le Temps, La Batrachomyomachie

« La Batrachomyomachie » • billet de Claro

L’écrivain et traducteur Claro, sur son blog Le Clavier Cannibale, parle de cette nouvelle traduction de La Batrachomyomachie.

Une nouvelle traduction nous est proposée aujourd’hui par les éditions Hélice Hélas, signée Bertrand Schmid, qui s’est visiblement bien amusé et a fait assaut d’inventivité lexicale et vernaculaire pour restituer à ce texte sa truculence — n’hésitant pas à chaparder Tolkien, histoire de « changer d’inclinaison ».

http://towardgrace.blogspot.ch/2016/05/festival-guerrier.html

« La Batrachomyomachie » • recension de Francis Richard

Francis Richard fait la recension de La Batrachomyomachie sur son blog.

Même s’il résulte d’un pari entre érudits, cette traduction d’un texte qui, à l’époque byzantine, servait aux écoliers d’introduction à l’Iliade, n’est donc pas réservée aux seuls érudits

http://www.francisrichard.net/2016/05/la-batrachomyomachie-traduction-nouvelle-de-bertrand-schmid.html

« Ailleurs » • recension de Francis Richard

Francis Richard fait la recension d’Ailleurs sur son blog.

Le narrateur du petit livre de Bertrand Schmid – petit livre par la taille et par le nombre de pages, mais d’une tout autre dimension par la qualité du style -, part ainsi, ailleurs, sa petite valise d’enfant à la main.

http://www.francisrichard.net/2014/05/ailleurs-de-bertrand-schmid.html

« Ailleurs » • recension sur La Cause littéraire

David Campais signe une chronique élogieuse concernant Ailleurs sur La Cause littéraire.

Quel talent, quel style. Bertrand Schmid nous livre avec Ailleurs un exercice magistral et nous montre comment faire rayonner le langage, faire exploser la langue française ; il a le sens des mots et des virgules, toutes ces virgules qui sont des pas de danse, Ailleurs ne se lit pas, Ailleurs se chante, se fête, se lit à voix haute et pourrait se hurler contre les falaises, on entendrait alors le récit nous revenir dans les échos poétiques d’un roman dont chaque phrase s’écoute, et dont la mélodie résonne à la manière des poésies, au carrefour entre le roman et la prose, à ce carrefour-là, il y a Ailleurs.

http://www.lacauselitteraire.fr/ailleurs-bertrand-schmid

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén